AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Nate River/Bakemono

Aller en bas 
AuteurMessage
Nate River
Admin
avatar

Masculin
Messages : 104
Age : 26
Points : 4881
Date d'inscription : 22/02/2008

MessageSujet: Nate River/Bakemono   Jeu 09 Avr 2009, 03:15

Nom:
River

Prénom:
Nate, mais dans le milieu on l'a surnommé "Bakemono" (monstre/démon en japonais).

Âge:

17 ans

Avez vous de la famille?

Oui j'ai une famille, le nom représente notre état d'esprit, ou plutôt notre nature.
"Bakemono !" (Le point d'exclamation a une connotation péjorative... En réalité, j'ai repris le terme que l'on m'a plusieurs fois lancé, avec son contexte. Le point d'exclamation reprends ce contexte: Celui de l'insulte. "Sale Bakemono !"... sobriquet fort amusant dont on m'a affublé).
Il s'agit la d'une grande famille dont je suis le patriarche.

Domaine:

Pègre.

Rêve et ambition ?

Avoir le monde entre mes mains~

Description physique:
Le physique... Que dire de son physique, à part qu'il n'a rien à voir avec l'idée qu'on peut se faire du bonhomme si on écoute les légendes urbaines?
Enfin, il est très jeune, d'apparence plus enfant qu'adulte. Les traits fins, ses cheveux sont courts et d'une couleur terne et bouclés -à l'image du type, au passage-
Il n'est pas très grand, et sa carrure n'a rien d'impressionnante. Il mesure 1m55 pour 40kg seulement.
On devine à son visage qu'il ne sort pas très souvent...Il est d'un pâle inquiétant.
Il est généralement vêtu d'une simple chemise blanche et d'un jean's qui sont visiblement trop grands pour lui.

Description morale:
Ce n'est donc pas son physique qui lui vaut le titre de "démon", alors ça ne peut-être que les idées, les méthodes, la morale du type qui doivent être "démoniaques". Et en effet, c'est ainsi que les gens "normaux" les qualifieraient.
Tout d'abord, malgré ce que l'on pourrait croire; il est doté d'un sens aigu de la justice. D'ailleurs, à ses yeux, tout ses actes sont "justes".
Il est un enfant plutôt...étrange; à part. Il ne parle pas beaucoup, il n'aime pas parlé pour rien dire. Il ne dira donc que le strict nécessaire: Ses ordres, et des arguments. C'est pourquoi son discours peut sembler cynique et cinglant. Il pense ainsi: "Tout le temps que je ne parle pas me permet de réfléchir, et ainsi m'éviter des erreurs. Alors pourquoi devrais-je prendre le risque de faire des erreurs pour parler de choses éphémères?"
Dans ces mots, on peut voir qu'il est un perfectionniste, un "idéaliste" dans son genre. Il préfère réfléchir à ses stratagèmes plutôt que parler. Cela découle d'une certaine logique... Mais cela reste "étrange".
Encore plus étrange, sa façon de se tenir, ses mimiques... Il est souvent recroquevillé sur lui même, et joue souvent avec ses cheveux, ou autre chose, comme des jouets (puzzle, maquettes de construction...) Cela lui permet de mieux se concentrer et ainsi raisonner plus efficacement.

Vous avez lu et approuvé le règlement ?: "No, of course"*
(Gamins§§)

Passé du personnage:


Dernière édition par Nate River le Jeu 09 Avr 2009, 03:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://conspiracy.1fr1.net
Nate River
Admin
avatar

Masculin
Messages : 104
Age : 26
Points : 4881
Date d'inscription : 22/02/2008

MessageSujet: Re: Nate River/Bakemono   Jeu 09 Avr 2009, 03:16

Chapitre 1:
Un enfant...perturbant?

Nous sommes dans les rues de Roppongi, il est tard dans la nuit... Nous sommes un dimanche il me semble, jour du Seigneur... Il doit être bien heureux; il a un jour de repos.
De repos il n'y en a point ici, de jour ou de nuit, l'activité bat son plein. L'activité la plus marquée est certainement celle du crime et de la prostitution, on dirait que les mafieux sont les maître des lieux; ils se défendent des bouts de territoire à main, avec des armes à feu ou des armes blanches... Certains sont originaux, ils se servent de katana, une façon de dire « nous sommes les samouraï des temps modernes » j'imagine. C 'est le folklore japonnais qui veut ça... Enfin, tout ça ne me touche pas vraiment. Oh je ne me suis pas présenté, je m'appelle Nate River, huit ans, je suis né un dimanche 19 février de l'année … Je ne sais plus, quelque chose comme 1992?
Je me souviens de ces détails, mais pas de ma famille, j'ai un nom, mais rien qui m'y rattache officiellement; je sais que c'est mon nom, mais d'où il me vient... Je suppose que je suis d'origine anglaise, étant donné la dissonance anglo-saxonne du nom... J'ai appris à parler japonnais sur le tas en quelques moi, mais je ne sais pas l'écrire. Enfin, pas encore.
Je n'ai aucun contact ici, je survis en rusant à Shinagawa, ce qui semble être un quartier économique. Il y a de grands building grand comme des montagnes, des hommes en costume... Et d'autres choses.
Parfois je m'arrange pour toucher un peu d'argent en aguichant des clients pour les prostituées, la prostitution... ça semble être une organisation basé sur l'échange de service, ce sont généralement des femmes qui vendent leur services à des hommes, elles sont sous les ordres d'hommes le plus souvent... Ce fut mon premier contact avec la pègre; les prostituées étaient sous les ordres d'une organisation mafieuse.
Enfin, après un an de mes « services » j' eu mon premier contact avec les éminences de la pègre qui contrôlait une partie de Minatô, le Kumichô, ou le parrain, de cette famille aurait entendu parlé des services que je lui rendais (enfin j'en savais rien, j' cherchais à manger avant tout...). Un homme en costume, du même acabit que ceux qu'on trouve à Shinagawa est venu me rencontrer, il m'a dit que le parrain souhait s'entretenir avec moi, qu'il voulait me récompenser pour mes loyaux services...ça me disait trop rien. Voyant que ça ne prenait pas, et en bon homme d'affaire; il a commencé à argumenter en parlant de nourriture et de toit; j'ai dû accepter, après tout, il me proposait un certain luxe: celui de manger, associer à un autre: un logis.


Dernière édition par Nate River le Jeu 09 Avr 2009, 03:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://conspiracy.1fr1.net
Nate River
Admin
avatar

Masculin
Messages : 104
Age : 26
Points : 4881
Date d'inscription : 22/02/2008

MessageSujet: Re: Nate River/Bakemono   Jeu 09 Avr 2009, 03:17

Chapitre 2:
Premier rendez-vous


Nous sommes en hiver, nous sommes le 19 février, je le sais parce que je l'ai vu dans les journaux, journaux qui ne parlaient pas des violences dans les quartiers, était-ce dû à la corruption ou bien au fait que la violence était devenue banale?
Enfin, peu importe... Aujourd'hui j'ai neuf ans, j'arrive à lire et écrire de façon à peu près correcte le japonais, et, je ne saurai expliquer pourquoi, je comprends l'anglais. Il semblerait que ce soit instinctif; enfin, peut-être un rapport avec mon passé encore flou...

Aujourd'hui j'ai donc neuf ans, et le parrain de la famille contrôlant Minato à trouver de bon goût que de m'offrir un rendez-vous avec lui en guise de cadeau, j'imagine qu'il compte se servir de moi, c'est logique... Enfin bon, on verra bien.
J'avance dans les rues dans la voiture qui est venu me chercher... N'est ce pas amusant? moi qui suis habitué à loger dans un carton, on vient me chercher en voiture...Enfin, je parlais des rues... A travers la vitre on peut constater à quel point elles ont changées en même pas un an, un port grandissant, des buildings qui poussent un peu partout, des ambassades... Le Japon semble grandissant... Et pourtant, la violence elle aussi est croissante dans les quartiers de Minato, je ne sais pas ce qu'il en est dans les autres arrondissements, mais ici les règlements de comptes sont de plus en plus fréquents, enfin, ce ne sont même pas des règlements de comptes... Seulement des guerres de gang. Ils souhaitent chacun avoir le contrôle du territoire, je ne sais trop ce qu'un bout de terre peut représenter, en réalité, il ne s'agit la que d'alliance de jeunes en perdition, des jeunes que les salles de jeux n'ont pas su rattraper, ou des victimes de la violence que l'on placarde partout... Certainement que la plus part d'entre eux se croient dans un jeu très bien réalisé, une sorte d'adaptation nouvelle génération...Bientôt, nous sortons de la ville, c'est la première fois que j'en sort vraiment... Enfin bref, je peux apercevoir la villa de mon hôte, deux personnes gardent l'entrée; C'est paradoxal comme situation... C'est un des instigateurs de la violence, et il en a peur, il se cloître donc chez lui avec ses gardes pour le complaire dans son faux sentiment de sécurité... Enfin, la voiture pénètre le portail gardé par les deux hommes après une fausse vérification de la part de ceux-ci, la voiture s'arrête, on vient ouvrir ma porte et on m'invite à sortir, je m'y attelle et on me conduit à l'intérieur de la villa. Je traverse avant cela un somptueux jardin, avec des roseaux, des bambous, des fleurs en tout genre... Il y a même un point d'eau... Apparemment, la violence n'atteignait pas tout le monde... C'est peut-être parce que les médias racontaient la vie de ce type de gens -les politiques, les stars...- qu'ils n'en parlaient pas dans les journaux... Enfin, c'est une hypothèse.
Je pénètre donc dans la grande résidence, accompagné de deux personnes chargés de me conduire au maître des lieux, la résidence est vraiment très grande, des portes de partout, de longs couloirs, tellement d'étages qu'un ascenseur était disponible. Pourtant, ça ne m'impressionna pas... J'avais une impression de déjà vu, la seule chose qui m'avait marquée était le grand jardin, mais pour le reste...

Nous finîmes par arriver au fond du couloir, cette fois, il n'y avait plus qu'une porte face à nous, elle était plus grande et plus large que les autres, une sorte de bureau j'ai pensé. L'un de mes chaperons frappa à la porte selon un rythme précis, 3 rapides, 2 lents, 2 rapides; après quoi il ouvrit la porte. Encore une fois, un décor luxueux, du bois vernis et tout ce qui va bien dans un bureau luxueux... Droit devant nous un bureau, derrière le bureau une grande vitre qui donnait sur un jardin, debout devant cette vitre se trouvait un homme d'âge mûr, j'ai supposé que c'était lui le fameux parrain... Celui-ci semblait aimait la nature... Encore un autre paradoxe que je me retiens de relever.
Mes chaperons avancèrent, je les suivi, la on m'invita à m'asseoir. Je n'étais nullement impressionné par le grand monsieur qui était devant moi, pour moi, son rang importait peu, il s'agissait d'un criminel qui se servait d'êtres humains pour se permettre des luxes tels que cette villa, ces jardins... Et ce personnel. Je ne me fis donc pas d'illusion, si j'étais ici c'était pour une raison, il voulait que je sois sa marionnette, je ne sais pas vraiment à quel genre de plaisir sadique il songeait. Mon âme d'enfant avait cependant ses limites au sadisme, mes scénarios étaient donc limités.
Je m'assis donc sur un dossier fort confortable qui était face au bureau, à vrai dire, je ne me rappelle plus avoir été assis sur quelque chose d' aussi confortable depuis... Enfaite je n'en ai pas le souvenir. Je m'accroupis sur la chaise, c'était une habitude que j'avais lorsque je m'asseyais, je dormais dans cette position aussi, elle me permettait de ne pas trop ressentir le froid.
Mon hôte alla s'asseoir derrière son bureau et commença son discours, discours destiné à un garçon de neuf ans.
« Bonjour mon petit; je m'appelle Yoshiba, et toi quel est ton nom? »
Je ne répondis pas, il dû croire que j'étais attardé et continua.
« Ah je vois... Bien, dis, ça te plairais de manger autant que tu veux et de dormir au chaud? »
La j'ai pensé, il y'a des milliers de SDF, et tu tues des milliers de personnes à cause de tes guerres ridicules, alors pourquoi tu m'offrirais à moi gîte et nourriture? Enfin, j'avais pris la décision de jouer le jeu, il s'agissait d'avantages non négligeable... J' hocha simplement la tête pour acquiescer. Il continua son discours de fourbe.

« Bien, je te promets de t'offrir tout ça, que penserais tu en plus de ça t'avoir des professeurs? Je compte t'apprendre à lire et à écrire japonais. »
Tu comptes m'instruire? Enfin, apprendre à perfectionner mon japonais, ça peut servir... J' hocha à nouveau la tête. Il continua.
« Bien, je dois te dire qu'il s'agira de professeurs qui seront très intelligents, tu ne devras jamais remettre en doute leur enseignement, tu es d'accord? »
Qu'est ce que tu manigances? Tu veux m'enrôler dans une secte ou quelque chose comme ça? Hum non, ça ne te servirais à rien... Tu comptes peut-être faire de moi ta marionnette attitrée, me laver le cerveau... Tu veux endormir mon esprit critique, c'est pour ça que tu me demandes de ne pas contredire mes « professeurs »... De l'endoctrinement en d'autre terme. Mais soit... J' hocha, une fois de plus, la tête.
« Bien, alors c'est une promesse. » Dit-il d'un ton satisfait et en tendant l'auriculaire vers moi, comme s'il voulait que je fasse de même. Enfin, je lui tendis, si ça lui faisait plaisir... Il prononça une fausse incantation du type « croix de bois, croix de fer, si j' mens j' vais en enfer »... Le type de chose qu'on présente à un gamin pour lui faire peur. Il sépara nos doigts et jubila, il semblait fier de sa mise en scène, je trouvais ça ridicule mais n'en montra rien.
Mes hôtes m'invitèrent à quitter mon siège, je le fis, on fit le chemin inverse dut premier puis arrivâmes à la voiture, la on, on me conduit dans un hôtel plutôt chic de Minato, j'avais une chambre à moi tout seul... C'était un luxe que je n'avais pas connu depuis... Non enfaite, je n'ai pas le souvenir d'avoir connu ce luxe, mais ça ne me fait rien.


Dernière édition par Nate River le Jeu 09 Avr 2009, 03:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://conspiracy.1fr1.net
Nate River
Admin
avatar

Masculin
Messages : 104
Age : 26
Points : 4881
Date d'inscription : 22/02/2008

MessageSujet: Re: Nate River/Bakemono   Jeu 09 Avr 2009, 03:17

Chapitre 3:
Professeurs particuliers.


Nous sommes mardi 21 février, deux jours après ma rencontre avec le parrain. Comme il l'avait « promit » , mes professeurs arrivèrent. En réalité il n'y en avait qu'un, celui-ci m'apprenait le japonais, enfin... C'était ce qui était promis. En réalité, je me rendis compte qu'il s'agissait tout le temps de cours qui vantait la bonne personne qu'était monsieur Yoshiba. Il était présenté comme étant un patriote, qui se vouait corps et âme à son pays. On me conta des histoires dithyrambiques à son sujet, comme des exploits de guerre, des innocents qu'il avait sauvés, de la jeunesse qu'il « guidait spirituellement »... Et de comment il s'était hissé à la tête de Minato pour « faire régner la paix ». Évidement, je n'en crût pas un mot. Ma rationalité m'en empêchait. Comment un homme qui veut « faire régner la paix » pouvait cautionné des guerres de gangs, qui utilisaient la jeunesse qu'il « guidait spirituellement » en guise de soldats? Je n'y croyais pas. L'histoire était caduque, mais il pensait que j'allais avalé ça... Sans doute pensait-il que, vu mon âge, j'allais tout croire. C'était bien ce que je pensais; c'était de l'endoctrinement. Va savoir quel genre de projet il avait en tête pour moi... Enfin, je devais me forcer à accepté ceci pour l'instant, j'étais nourri et loger.
Au bout de quelques séances avec mon professeur, je me rendis compte que son esprit avait été complètement lobotomisé... Il croyait dur comme fer que Yoshiba était un homme bon. Lui aussi devait être comme moi, un orphelin. Peut-être même avait-il identifié Yosiba comme un père spirituel. C ' était une éventualité...
Le dit professeur se nommait Hiruga, il était jeune, la vingtaine environ, le teint mâte, la silhouette élancée... Il était certainement d'origine espagnole... Là, je compris. Yoshiba endoctrinait des jeunes orphelins étrangers. Étant orphelin, et étranger de surcroît, personne ne viendrait demander des comptes. De plus, Yoshiba contrôlait très certainement la police.
Au fil des séances, nous nouâmes des liens qui se rapprochaient de ceux d'un petit et d'un grand frère. C'était parfait, ça me permettait de lui poser des questions. Mais pas tout de suite, je devais encore perfectionner mon japonais. C 'est au bout d'un an d'enseignement que je commença à le questionner... Je déposa mon doigt sur ma lèvre inférieur puis je débuta l'interrogatoire.

« Dis Hiruga onii-san, je ne veux pas remettre en doute le fait que notre parrain est un homme bon, qui a œuvré pour sa patrie, et qui a fait de bonnes choses, ni ton honnêteté à mon égard, mais puis-je te poser quelques questions qui me travaillent? » En bon esclave de Yoshiba, il hésita un instant, puis, après m'avoir lancé un regard, il ne se sentit pas l'âme de refuser.
« Bien, je m'efforcerai de répondre à tes interrogations Nate »
« Je te remercie. Eh bien, tu m'as dis qu' oto-san guidait spirituellement la jeunesse, n'est ce pas? »
« Oui, je le maintiens. »
« Et tu m'as aussi dit que son but était de sauver des vies, n'est ce pas? »
« Hum oui, mais où veux-tu en venir? »
« Eh bien... Je trouve cela illogique que quelqu'un qui veut sauver des vies, fassent se battre des jeunes contre d'autre pour ses propres avantages. »
Hiruga fut... Surpris, où plutôt choqué. Il était partagé entre me donner une gifle ou bien me jeter dehors. Enfin il se reprit puis m'interrogea à son tour.
« Hum... Mais si ce n'était pas lui, ce serait quelqu'un d'autre »
« Et donc, cela explique tout? »
« Oui, cela explique tout. »
« Dans ce cas... Si Hitler n'avait pas exterminé les juifs, ça aurait été quelqu'un d'autre? »

Là, il ne savait pas trop quoi répondre... Il divaguait, ses phrases ne voulaient plus rien dire. C'était la première phase de la prise de conscience: l'horreur.
Enfin, ce n'était pas encore suffisant... Il répliqua

« Tu essayes de me dire que ce qu'il fait est mal? »
« Je ne dis rien de tout ça; je ne fais que des comparaisons, à toi de t'en faire une interprétation.
« M'en faire une interprétation? Ça fait des années que je ne juge plu rien, j'écoute ec qu'on me dit de faire et c'est tout »
« Alors ça confirme ce que je pensais... »
« Ce que tu pensais? »
« Hum, non rien. »
« Vas-y je t'écoute... »
« Réponds simplement... Tu es orphelin, n'est ce pas? »
« Oui; c'est Yoshiba oto-san qui m'a recueilli »
« Qui t'as recueilli... Et a t-il essayer de retrouver tes parents génétiques? »
« ...Non. »

Je n'eût besoin d'allé plu loin, il comprit... Tout ses sentiments étaient faux, Yoshiba n'avait rien d'un père... C'était juste un type dangereux, qui faisait son armée en endoctrinant des orphelins.
« Mais Nate, que veux tu y faire? Après tout ça ne change rien. »
« Si, ça change tout. Partages tu l'idéologie de Yoshiba? »
« Non. »
« Veux tu le faire tomber de son estrade? »
« Eh bien... »
« Souhaites tu que d'autres orphelins soit utilisés comme chair à canon? »

Hiruga sursauta à l'écoute de ces mots; il ne répondit pas, mais sa réponse était facile à deviner.
« Bien, alors tu agiras comme je te le dirais... »
« Comme tu le diras? Mais est ce que tu n'es pas en train de faire la même chose que Yoshiba, en donnant des ordres à des soldats? »
« Non, c'est différent. Mes soldats ont un libre arbitre, libre arbitre qui font d'eux des hommes avant des soldats. Yoshiba avorte ce libre arbitre au berceau . »
Il se tût, comme pour dire qu'il était convaincu et prêt à m'écouter.
« J'imagine que je ne suis pas le seul enfant orphelin que tu as sous ton aile... Je souhaite que tu réveilles leur esprit critiques, arrange toi comme tu peux. Au final, tu les mèneras à moi. Je te communiquerais le lieu du rendez vous une fois le moment venu. Dis moi combien sont sous ta charge. »
« Une vingtaine. »

Je fus surpris... Une vingtaine... C'était énorme pour un seul homme.
« Il y'a d'autres personnes qui font le même « travail » que toi, n'est ce pas? Eux aussi étaient orphelins, c'est ça? »
« En effet. Nous sommes au nombre de cinq. »
« Et eux aussi ont une vingtaine d'orphelins chacun? »
« Exact. »
« Ce qui nous fait cent orphelins, et cinq « professeurs »... Bien, quels sont tes liens avec ces professeurs?»
« Eh bien... Nous nous connaissons bien. »
« Au point que tu pourrais changer leur façon de voir les choses? »
« Je pense que c'est possible... J'imagine que tu veux qu'ils réveillent les autres orphelins à leur tour? »
« En effet. Je compte sur vos talents d'orateurs... Surtout les tiens. Tu seras le point névralgique du plan... Tout repose sur tes épaules. Mais fais toi discret... Yoshiba ne serait pas content d'apprendre que nous menons une mutinerie contre lui. »
« Bien, je ferais au mieux... »

Après ces mots il se dirigea vers la porte de la luxueuse chambre, l'esprit vif, le cœur endolorit...Mais le glas de la défaite de Yoshiba sonnera d'ici peu... Je vous le promets.


Dernière édition par Nate River le Jeu 09 Avr 2009, 03:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://conspiracy.1fr1.net
Nate River
Admin
avatar

Masculin
Messages : 104
Age : 26
Points : 4881
Date d'inscription : 22/02/2008

MessageSujet: Re: Nate River/Bakemono   Jeu 09 Avr 2009, 03:18

Chapitre 4:
Naissance du « Bakemono ! »




Nous sommes en été, un vingt et un juillet de l'an 2006, dans une villa non loin de Minato. Higura a réussi sa mission à la perfection ou presque. Cela a pris du temps, mais ce n'est pas grave. Aujourd'hui est un jour spécial... J'ai rallié avec moi cinq hommes de talent, au passé douloureux. Ils ont apportés avec eux une centaine d'autres orphelins, qui partagent la même douleur qu'eux, où plutôt... Nous partageons tous cette douleur. C'est cela qui nous a réunis aujourd'hui dans le hall de cet hôtel. L'âge varie de douze à vingt-cinq ans. Pour ma part j'en ai quinze. Il semblerait que tous m'ont reconnu comme le « meneur ». Je ne sais pas si j'ai les épaules pour ce rôle, mais je m'efforcerai de faire de mon mieux.
Je suis sur une tribune, face à moi une audience d'une centaine de personnes, il s'agit d'homme dans des corps d'enfant. Tous sont adultes avant l'âge... La douleur les a fait mûrir prématurément.
A mes côtés se trouvent donc cinq hommes qui sont au dessus de la moyenne d'âge; il s'agit là d'homme plus intelligents que la moyenne, ou de gens extrêmement doués dans leur domaine. Il semblerait qu'ils sont naturellement destinés à devenir mes gardes du corps; parmi eux se trouvent mon bras droit: Higura. Enfin, je dois prendre la parole, ils attendent tous quelque chose de ma part, je vais leur donner.

« Chères frères, chères sœurs, je me nomme Nate River. Je suis, tout comme vous, un orphelin qui a vécu dans le quartier de Minato, j'ai rusé pour survivre pendant quelques temps, comme vous tous... Cela dura quelques temps, puis un démon a eu l'idée folle de me recueillir; il me voyait comme une belle fleur qui serait parfaite dans son jardin... Il a tenté d'endormir mon esprit, avec un tuteur qui se trouve ici même. »
Je fis signe à Higura d'approcher. Il s' exécuta.
« Il se nomme Higura, mes frères. Par le passé, il a pêché, il a tenté d'aider le démon. »
Des huées se firent entendre dans la salle; je repris.
« Mes chères frères... Il a su se repentir. Il ne mérite pas vos huées; c'est grâce à lui que nous sommes réunis aujourd'hui. De plus, il fait partie de nos frères. Lui aussi a partagé notre douleur, lui aussi fut manipuler par le démon. Mais je le redis: Il s'est repenti ! Alors je vous demande de vous excusez en l'applaudissant. »
Les orphelins ne savaient plus trop où donner de la tête, mais c'était tant mieux... Ils réfléchissaient, c'était une bonne chose. Enfin, l'un d'entre eux commença à applaudir, et les autres le suivirent.
« Tu peux te retirer oni-san. »
Il se retira, puis je repris.
« Il y'a quatre autres hommes qui ont étés dans le même cas que lui, je vous demande de les applaudir eux aussi. Peu importe leur passé; ils ont su se repentir. Il mérite un hommage et le même respect que je reçois. »
Les orphelins applaudirent de plus belle. J'attendis qu'ils s'arrêtent puis je repris.
« Mes chères frères, aujourd'hui est un jour nouveau... Aujourd'hui, le démon qui a tenté de manipuler va être châtié aux enfers... Aujourd'hui, Yoshiba va être jugé. »
Un silence s'installa alors, on entendait juste la respiration de l'assemblée. Je repris à nouveau.
« Ce n'est pas un appel à la violence, aujourd'hui, je vais retirer le pouvoir au démon, mais nous ne devons en aucun cas jouer son jeu: Celui de la violence! Il y a d'autres manières de vaincre ce démon. Le sang de nos frères ne doit pas couler. »
Tout les regards étaient rivés sur moi, et à vrai dire... ça ne me plaisait pas beaucoup. Je parlais beaucoup, et je n'aimais pas ça... Mais bon, c'était nécessaire cette fois. Si je ne prenais pas la parole, rien ne se passerait.
« Tout d'abord, nous allons nous séparer de Yoshiba; nous n'avons plus rien à voir avec lui. Nous sommes indépendants.
Ensuite, nous nous accaparerons du territoire, mais pas de façon violente... Aucun acte de violence ne sera toléré; tout acte de ce type sera considéré comme une trahison.
Nous allons donc commencer par nous accaparer le centre économique: Shinagawa. Nous allons négocier avec les dirigeants des entreprises et des banques; nous leur garantirons leur protection contre 20% de leur intérêt. Cela nous permettra d'avoir des fonds financiers important en peu de temps et de recruter des hommes. Ensuite, nous proposerons ce service à la population qui sera sur notre territoire. Ce ne sera pas du racket... La population qui voudra notre protection nous payera 20 000 Yen.
Ce n'est qu'une fois le plan accompli que nous pourrons juger Yoshiba... Me suivez vous? »

Une nouvelle vague d'applaudissements retentit dans le hall en guise de réponse.
« Bien, commençons la phase 1 du plan: Allons à la conquête de Shinagawa. »

Une semaine s'écoula, les négociations se passèrent très bien; les entreprises acceptèrent presque instantanément le service proposé; 20% sur leur intérêt c'était négligeable, tant qu'ils pouvaient livrer leurs marchandises... En effet, ils ne pouvaient rien livré à cause des fusillades omni-présentes entre clans... Cela nous permit d'avoir un capital de départ de quelques centaines de millions de yens, les quelques jours suivants nos rangs grossissaient, nous étions passés de cent à cinq cents en deux semaines, cela en proposant un salaire de quelques milliers de yens aux gangsters pour qu'ils abandonnent leurs armes...
C'était l'approche la plus avantageuse, je grossissais mes rangs en amoindrissant ceux de Yoshiba. Notre territoire s'étendit à tout Shinagawa au bout de deux mois, nous pûmes demandaient une somme de 20 000 yens aux habitants pour nos services, la plus part, pour ne pas dire la totalité, avaient acceptés. Certains rejoignaient même nos rangs.
Après deux mois, nous étions passés d'un groupe de cent orphelins à une famille de près d'un millier de personnes. Malgré ce grossissement phénoménal, la hiérarchie s'installa d'elle même: J'étais nommé comme étant le chef de cette organisation, les cinq anciens « professeurs » de Yoshiba formaient ma garde spéciale, la centaine d'orphelins représentait le gang initial.

Nous étions en mesure d'allé juger Yoshiba. L'heure de son jugement approchait à grand pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://conspiracy.1fr1.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nate River/Bakemono   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nate River/Bakemono
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Conspiracy Pandemic :: Présentation, histoire et règles :: Présentation des personnages-
Sauter vers: